Odysseus

Informationen über seine Filme und Theaterstücke, seine Rollen, Kritiken unsere Kommentare...

Alessio nel film, televisione e sul palco - Informazioni sul suoi film e opere teatrale, i suoi ruoli, recensioni, nostri commenti...

Alessio in cinema, TV and on stage - Information on his films and plays, his parts, reviews, our comments...

Moderatoren: honey379, mingi17, Sweety

AbonnentenAbonnenten: 0
LesezeichenLesezeichen: 0
Zugriffe: 22479

Re: Odysseus

Beitragvon gaby » 16. Apr 2013 19:11

http://www.ufficiostampa.rai.it/aree/ra ... menica.pdf
hier interwie mit Caterina Murino(Penelope) und der letzte Satz gehoert Alessio
gaby
 
Beiträge: 1634
Registriert: 04.2009
Geschlecht:

Re: Odysseus

Beitragvon mingi17 » 22. Apr 2013 13:34

Am 13. Juni kommen auf Arte die ersten 3 Folgen der Odysee!!!



Neue "Odysseus"-Verfilmung auf arte
Zwölfteiler ab Juni im Programm
Alessio Boni als Odysseus
Bild: arte

Im Juni bringt arte das griechische Epos "Die Odyssee" auf die Bildschirme zurück. Die "Odysseus"-Neuverfilmung ist als zwölfteilige Serie angelegt und wird von dem Kultursender in Zusammenarbeit mit dem italienischen Staatsfernsehen RAI und TV5 Monde aus Frankreich aufwendig produziert.

"Die Odyssee" gehört zu den ältesten Dichtungen der abendländischen Literatur und erzählt die Geschichte von Odysseus, dem König von Ithaka, der zehn Jahre tapfer und listig um Troja kämpft und danach zehn Jahre auf seiner Heimreise durch das Mittelmeer irrt. Die neue Serie "Odyssee" konzentriert sich auf Ithaka, wo Penelope, Odysseus' Frau, auf seine Rückkehr wartet und von den Freiern bedrängt wird.

Als Autor des Stoffes gilt der Dichter Homer. Seine Vorlage wurde bereits vielfach mehr oder weniger werkgetreu verfilmt. Fernsehadaptionen wurden zumeist als Mehrteiler angelegt, darunter aus den 1960er Jahren "Die Odyssee" mit Irene Papas als Penelope. In den 1990ern drehte das amerikanische Fernsehen "Die Abenteuer des Odysseus" mit Armand Assante in der Titelrolle.

Der neue "Odysseus" entsteht unter der Regie von Stéphane Giusti. Odysseus wird von dem Italiener Alessio Boni dargestellt. In der Rolle der Penelope ist Caterina Murino zu sehen, die als Bond-Girl aus "Casino Royale" bekannt ist. Telemachos, der Sohn der beiden, wird von dem 25-jährigen Niels Schneider verkörpert.

Die ersten drei der jeweils 46-minütigen Episoden laufen am 13. Juni hintereinander auf arte.
21.04.2013 - Jens Dehn/wunschliste.de in Serien (international)

http://www.wunschliste.de/tvnews/m/neue ... g-auf-arte

Odysseus su ARTE dal 13/6
Link: http://www.arte.tv/de
Replay 7 giorni su Arte +7
Händeringen hält einen nur davon ab, die Ärmel aufzukrempeln.
mingi17
 
Beiträge: 10008
Registriert: 01.2008
Wohnort: nahe MÜNCHEN
Geschlecht:

Re: Odysseus

Beitragvon mingi17 » 24. Apr 2013 18:31

Bild
Händeringen hält einen nur davon ab, die Ärmel aufzukrempeln.
mingi17
 
Beiträge: 10008
Registriert: 01.2008
Wohnort: nahe MÜNCHEN
Geschlecht:

Re: Odysseus

Beitragvon mingi17 » 26. Apr 2013 09:30

http://www.cinemovies.fr/actu/odysseus- ... ideo/23218

Der erste Trailer! Viel Blut und etliche nackte Haut. Und Alessio, wir wir ihn bisher nicht kennen - soweit man das von dem kurzen Ausschnitt sagen kann.

Der gleiche Trailer bei YouTube

http://www.youtube.com/watch?feature=pl ... LDp7RIeETI
Händeringen hält einen nur davon ab, die Ärmel aufzukrempeln.
mingi17
 
Beiträge: 10008
Registriert: 01.2008
Wohnort: nahe MÜNCHEN
Geschlecht:

Re: Odysseus

Beitragvon mingi17 » 27. Apr 2013 00:39

http://blog.slate.fr/tetes-de-series/20 ... deception/

Ce soir, le Festival Séries Mania diffusera les 6 premiers épisodes d’Odysseus, la nouvelle série d’Arte, attendue sur nos écrans le 13 juin prochain. Une série que j’attendais de longue date, et pour laquelle j’avais beaucoup d’espoir. Je m’étais rendu, l’an passé, sur son tournage, et j’avais découvert avec intérêt les ambitions de ce drame mythologique, qui raconte la vie à Ithaque pendant l’absence d’Ulysse, puis son retour. Aussi, c’est avec une certaine tristesse que je dois l’écrire : Odysseus m’a déçue. Elle ne manque pas d’envie, de fond, d’idées, mais leur exécution n’est bien souvent pas à la hauteur.

Sur le papier, pourtant, l’aventure était belle. Making Prod (Les Invincibles), une des boîtes de prod les plus actives du moment, avait convaincue Arte (et la Rai en Italie) de se lancer dans cette coproduction ambitieuse, au concept de base alléchant : montrer le côté obscur de L’Odyssée d’Homère, ce qui s’est passé pendant qu’Ulysse affrontait la colère de Poséidon, le Cyclope, et tant d’autres dangers mille fois contés. Oublier les monstres mythologiques pour privilégier l’humain. Ausculter la souffrance de Pénélope, la femme du héros grecque, seule, fidèle, qui attendit vingt ans que son homme revienne. Comprendre la détresse de Télémaque, leur fils, né dans l’ombre dans père absent, materné, couvé par une reine montrée du doigt, fière mais chaque jour plus fragile. Observer les appétits pour un pouvoir surveillé par les dieux et incarné par le corps de cette reine — double désir pour les prétendants. Enfin, briser le mythe d’Ulysse, non plus montré ici comme un roi héroïque, mais comme un homme brisé par la guerre, brutal, incapable de faire la paix avec ses ennemis et avec lui-même.

Tant de promesses portées par une équipe elle aussi solide, de son créateur Frédéric Azémar, pilier d’Un Village Français, à son casting, sur le papier appétissant : Caterina Murino (Pénélope), Niels Schneider (Télémaque) et Alessio Boni (Ulysse) sont d’une beauté renversante, tout droit sortis d’une fresque grecque. Autour d’eux, Joseph Malerba, Carlo Brandt, Bruno Todeschini, et quelques autres noms rassurants, figures de qualité de la fiction française. Sur le tournage, au Portugal, j’avais pu découvrir les décors, eux aussi prometteurs. Massifs, joliment faits, colorés, pour aller à contre-courant de l’image d’Epinal de la Grèce antique. Bref, en ajoutant à la liste des scénaristes Frédéric Krivine (Un Village Français) et Olivier Kohn (Reporters), et en espérant voir Arte poursuivre son ascension, des sympathiques Invincibles à la risquée et intéressante Ainsi soient-ils, l’excitomètre critique était haut placé. D’où, sans doute, ma déception.

Odysseus a peut-être eu les yeux plus gros que le ventre. L’histoire est bien là, riche, pleine de rebondissements, de tensions sous-jacentes, d’amours impossibles, d’amitiés brisées. Mais elle nous est pauvrement racontée. Il m’a fallu attendre le retour d’Ulysse, après quatre épisodes, pour commencer à sentir un souffle épique, que dis-je, une brise. On ne s’ennuie pas, on s’amuse même à suivre les gesticulations des prétendants, ces sauvages cuirassés qui veulent prendre le trône d’Ulysse. Mais longtemps, trop longtemps, le récit, la réalisation, le jeu des comédiens sonnent comme les armures des personnages. Trop légers, trop fragiles pour nous captiver. Souvent même faux. A bien écouter, il y a quelques forts beaux dialogues, et avec un peu d’imagination on saisit la puissance des personnages. Mais ils sont mal amenés, pas assez creusés, trop occupés à parler et à s’affronter pour nous prendre au cœur, au corps, aux émotions, ce qu’une telle histoire se devait de faire.

A qui la faute ? Peut-être d’abord à moi. L’emphase du genre historique n’a jamais été mon fort. Son parler, articulé, à la limite du grandiloquent. Ses postures, ses sentiments exacerbés, sa dramaturgie appuyée. C’est courageux de vouloir s’y tenir, mais cela créé bien souvent une distance froide avec le téléspectateur. « Je veux des dialogues non pas théâtraux, mais les plus vivants et les plus fluides possible, dans une langue intemporelle », m’expliquait lors de notre rencontre Frédéric Azémar. Je ne suis pas convaincu qu’il y soit parvenu. Dans ce genre historique qui m’est si difficile, seule Rome m’a emporté. Rome la grande, la démesurée, dont l’ombre, justement, écrase cette modeste production, dont le budget global, 15 millions, aurait à peine suffit à un chapitre de la fresque d’HBO et de la BBC. Comme les rues de cette Ithaque semblent chiches, vides, limitées, face à la démentielle ville de Titus Pullo et Lucius Vorenus ! Ça ne devrait pas importer, puisqu’on est ici pour une histoire intime, pas une fresque. Pourtant, on sent que tout cela est un décor. Que le ciel est un fond, que la lumière est un spot. Peut-être est-ce parce que j’ai vu ce décor inanimé, parce que j’ai touché ses murs factices… Je peine à les voir solides, crédibles, vivants.

La réalisation de Stéphane Giusti n’est pas mauvaise, elle fait ce qu’elle peut dans cet espace limité, préfère la sobriété aux prises de risques, mais c’est le jeu des comédiens qui sans doute condamne le succès d’Odysseus. Leur beauté est indéniable, leur investissement est sans doute entier, mais leurs performances sont très inégales, voire pour certaines mauvaises. Caterina Murino, sublime, a prit à bras le corps son rôle de Pénélope. Elle en parle avec passion, et l’on sent bien qu’elle veut exprimer sa souffrance tragique. Elle peine pourtant à émouvoir, se bat avec son texte, trouve la bonne posture, fragilement royale, mais les mots ne sortent pas avec tant de force. Est-ce le texte ? Est-ce son entente avec ses partenaires ? Le compte n’y est souvent pas. Autour d’elle, tout n’est pas à jeter. L’Italien Alessio Boni (doublé, son français étant trop hésitant) dégage une puissance, une conviction, un charisme certain. Carlo Brandt est très bien en Laerte, le père d’Ulysse, Joseph Malerba s’en sort en Mentor, protecteur de la reine, et Karina Testa, qui joue Cléa, esclave et amante de Télémaque, a ce qu’il faut de fraicheur et de charme pour le rôle. Frédéric Quiring apporte enfin avec le druide Thyoscos une touche d’humour bienvenue. En revanche, Niels Schneider, malgré son profil digne d’un dessin de Cocteau, est complètement à côté de son rôle. Certes, Télémaque doit être faible, mais ça ne veut pas dire qu’il doit être faiblement joué… Bruno Todeschini, en Léocrite, le principal prétendant, n’est pas plus juste. Les seconds rôles sont globalement médiocres, bougent mal, surjouent souvent, manquent d’épaisseur.

Le résultat est fragile, peine à captiver, divertit à peine, ne prend du poil de la bête qu’à l’arrivée d’Ulysse, à l’épisode 5. Ce sera peut-être trop tard pour les téléspectateurs. Bien sûr, mieux vaut mille fois Odysseus, malgré ses défauts, à un énième polar formaté – suivez mon regard. Bien sûr, la seule existence d’une telle série est une bonne nouvelle, la preuve que la télé française a de moins en moins peur de prendre des risques, d’essayer, de se planter. J’ai beau avoir un regard très critique sur le résultat, et dire ma déception, je souhaite qu’Odysseus trouve son public, pour que d’autres œuvres différentes soient tentées. Les espoirs ne sont pas toujours déçus. Ô dieux de la fiction télé, faites qu’ils le soient de moins en moins souvent…
Händeringen hält einen nur davon ab, die Ärmel aufzukrempeln.
mingi17
 
Beiträge: 10008
Registriert: 01.2008
Wohnort: nahe MÜNCHEN
Geschlecht:

Re: Odysseus

Beitragvon gaby » 27. Apr 2013 20:45

La tv italiana? Roba per nonni
In Italia la pay tv è la generalista degli altri paesi, mentre la generalista nostrana è il loro passato. E l'Odissea di Alessio Boni da noi sarà edulcorata


Dunque Alessio Boni sarà Ulisse. Ma quella che vedremo in onda su Rai non sarà la versione in onda su Artè. Le coproduzioni funzionano anche così: qualcuno ha in mano la parte artistica, e chi mette perlpiù solo i soldi magari alla fine vuole rimaneggiamenti per andare incontro al suo pubblico. Niente scene di sesso, niente violenza. «Perché poi nonna si scandalizza»: è quello che volevamo spiegare agli illustri produttori europei giunti a Parigi al festival Series Mania per presentare la nuova ondata di coproduzioni europee.
Un vecchio sogno quello di rendere l’Europa un solo mercato da contrapporre agli Usa. Un tempo ci si riusciva, all’epoca del muto, per grandezza artistica di quel periodo e per ovvia facilità nella circolazione dei prodotti senza barriere linguistiche. Poi venne il sonoro, si provò con qualche film dal cast internazionale, ma nulla. Poi venne la guerra, e tutto cambiò di nuovo.
Anche la tv ha spesso coprodotto, ma adesso l’obiettivo è sfidare gli americani, provare insomma a creare serialità capace di stare al passo sulle nostre reti con quella made in Usa. Perché ormai il nuovo pubblico è abituato a questo tipo di narrazione complessa, e non percepisce più grazie al web l’idea di barriera distributiva e forse persino linguistica. Si alzano i budget, bisogna per forza produrre insieme. E bisogna trovare temi universali, tre i maggiori: eventi storici (su tutti la seconda guerra mondiale), il poliziesco, i miti di fondazione. Francesi e tedeschi si sono mossi bene, Bbc ovvio gioca favorita. Gli altri? Di fatto ci sono altre barriere, soprattutto per noi italiani. In Francia la coproduzione Jo con Jean Reno è titolo di punta della generalista TF1, che manda telefilm americani durante la sua programmazione in prima serata. Da noi è titolo da pay, va su Fox Crime. Da loro Profiling è sempre TF1, da noi è Fox Crime.
Sì avremo l’Odissea di Boni, ma edulcorata. Al di là di tutto, la barriera è editoriale: in Italia la pay tv è la generalista degli altri paesi, mentre la generalista nostrana è il loro passato. Ma c’è un pubblico nuovo e giovane da nutrire anche in Italia, e anche i nonni possono essere educati alle novità e appassionarsi di conseguenza.
STEFANIA CARINI 25 APRILE 2013
http://www.europaquotidiano.it/2013/04/ ... per-nonni/
gaby
 
Beiträge: 1634
Registriert: 04.2009
Geschlecht:

Re: Odysseus

Beitragvon mingi17 » 6. Mai 2013 21:51

Händeringen hält einen nur davon ab, die Ärmel aufzukrempeln.
mingi17
 
Beiträge: 10008
Registriert: 01.2008
Wohnort: nahe MÜNCHEN
Geschlecht:

Re: Odysseus

Beitragvon mingi17 » 11. Mai 2013 08:38

Händeringen hält einen nur davon ab, die Ärmel aufzukrempeln.
mingi17
 
Beiträge: 10008
Registriert: 01.2008
Wohnort: nahe MÜNCHEN
Geschlecht:

Re: Odysseus

Beitragvon mingi17 » 11. Mai 2013 08:40

Odysseus (Neue Serie:) - Do. 13.06 - ARTE: 21.00 Uhr - 10.05.2013
Rückkehr des Helden
Von Jens Szameit

Kündigt sich hier etwa die Rückkehr des Sandalenfilms an? Bemerkenswert ist dieser Serienneustart auf dem meist exzellent bespielten Donnerstagssendeplatz bei ARTE allemal.


© ARTE / Armanda Claro
Penelope (Caterina Murino) will keinen anderen Mann heiraten und ist fest überzeugt von Odysseus' Rückkehr.

Regisseur Stéphane Giusti ("Made in Italy") setzt mit der Handlung zehn Jahre nach dem Ende des Trojanischen Krieges ein. Noch irrt Odysseus (Alessio Boni) durchs Mittelmeer. Doch schon bald wird er nach Ithaka zurückfinden, wo außer seiner schönen Frau Penelope ("Casino Royale"-Bondgirl Caterina Murino) längst niemand mehr an eine Rückkehr des Königs glaubt. - ARTE sendet die zwölf Folgen der Serie in Dreierpaketen, jeweils donnerstags, ab 21 Uhr.

http://www.weser-kurier.de/startseite_a ... 68285.html

Bild
Händeringen hält einen nur davon ab, die Ärmel aufzukrempeln.
mingi17
 
Beiträge: 10008
Registriert: 01.2008
Wohnort: nahe MÜNCHEN
Geschlecht:

Re: Odysseus

Beitragvon mingi17 » 11. Mai 2013 08:44

http://www.season1.fr/odysseus-arte-le- ... a-realite/

Ein ganz langer Artikel auf Französisch, Kernsatz: Odysseus, auf exzellente WEise dargestellt von AB....
Händeringen hält einen nur davon ab, die Ärmel aufzukrempeln.
mingi17
 
Beiträge: 10008
Registriert: 01.2008
Wohnort: nahe MÜNCHEN
Geschlecht:

VorherigeNächste

Zurück zu "Alessio in Film, Fernsehen und Theater"

 

Wer ist online?

Mitglieder in diesem Forum: 0 Mitglieder und 2 Gäste

cron